Archive for janvier 2009

Un autre bel exemple de regroupement

Posted on 2009/01/27. Filed under: COOPÉRATIVE, PLASTIQUE |

« L’industrie des plastiques et des composites se concerte pour offrir des produits novateurs et écologiques.  » Je vous transmets ci-après l’article de Pierre Théroux paru dans le journal Les Affaires du 24 au 30 janvier 2009.  On y parle également du regroupement d’achats CASI dont j’ai déjà fait mention.  Des milliers de dollars économisés selon Marie-Claude Guillemette de Plastiques Moore.  Je vous invite donc à lire la suite, tout en vous posant la question:

  • se pourrait-il que je réalise des économies substantielles en adhérant à un regroupement d’achats?
  • se pourrait-il que je puisse développer de nouveaux marchés plus facilement en créant des alliances avec des entreprises complémentaires?

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour y voir plus clair!

Andrée Crevier, MBA
VISACTION
Tél.     : (514) 874-5255
Téléc. : (450) 449-2206
www.visaction.ca
Votre partenaire pour l’expansion des affaires
Marchés nationaux  et Internationaux

Avant d’imprimer, pensez à L’ENVIRONNEMENT

La Vallée de la plasturgie prend forme

L’industrie des plastiques et des composites se mobilise pour offrir de nouveaux produits diversifiés, écologiques et à forte valeur ajoutée.

« Dans le contexte actuel, l’industrie doit se démarquer pour être plus performante et compétitive », note Marie Claude Guillemette, présidente de Plastiques Moore, de Saint-Damien-de-Buckland.

Dans le cadre de la démarche ACCORD, qui a ciblé ce secteur d’activité comme principal créneau de développement de la région Chaudière-Appalaches, les différents acteurs se sont même regroupés sous le concept de la Vallée de la plasturgie.

« On travaille tous dans le même secteur, mais sans nécessairement se parler. On a maintenant les outils pour favoriser le rapprochement et le réseautage des entreprises de l’industrie », note Mme Guillemette, qui porte aussi le chapeau de présidente du comité de créneau Matériaux composites et plastique.

Des ventes qui débordent les frontières

La région accorde la priorité à ce créneau en raison notamment de la présence de nombreuses entreprises qui fabriquent une gamme étendue de produits. Quelque 80 sociétés employant 5 000 personnes oeuvrent dans ce domaine, dont une dizaine de grandes entreprises comme IPL, Sigma Venture, Plastiques Gagnon et P.H. Tech qui comptent chacune plus de 100 employés.

Ces entreprises sont présentes dans des marchés distincts. L’emballage (alimentaire, commercial ou industriel) représente 34 % de la production. Suivent les produits liés à la construction (isolation, accessoires de salle de bain) avec 26 %, les produits de marchés diversifiés (défense, médical, électronique) avec 22 % et les produits liés au transport (automobiles, trains et autobus) avec 18 %.

Les ventes de cette industrie en Chaudière-Appalaches se chiffrent à environ 1 milliard de dollars et débordent amplement des frontières du Québec. Les exportations se réalisent encore principalement aux États-Unis.

Mais la hausse du prix du pétrole qui nuit à la matière première, la force du dollar canadien, la concurrence des produits asiatiques et la pénurie de main-d’oeuvre sont autant de facteurs qui, ces dernières années, ont eu des répercussions sur le secteur.

« On s’en tire pas trop mal, compte tenu des circonstances, mais il faut réagir pour mieux faire face à ces menaces et assurer la croissance du secteur », dit Marie-Claude Guillemette.

Regroupement d’achats

L’industrie s’est donc donné un plan d’action qui vise cinq axes : productivité, innovation, commercialisation, ressources humaines et réseautage.

Quelques mesures ont déjà été mises en oeuvre, dont la formation d’un regroupement d’achats et d’un consortium en R-D.

Une quinzaine d’entreprises sont membres de la Coopérative d’achats stratégiques intégrés (CASI), un regroupement créé en 2002 par quelques entreprises manufacturières chimiques, cosmétiques et pharmaceutiques.

Les entreprises membres sont réunies en cellules en fonction de leur domaine d’activité et peuvent ainsi diminuer leurs coûts d’achat de biens et de services.

« Le groupe d’achat nous a permis d’économiser des milliers de dollars, notamment sur l’achat de résine, et de réduire les coûts de production », constate Mme Guillemette.

Un consortium de recherche a aussi été mis sur pied afin d’aider les entreprises dans leurs efforts de développement de technologies et de nouveaux produits.

« Près de 70 % de nos entreprises comptent moins de 50 employés. Elles n’ont pas les ressources humaines et financières pour entreprendre d’importants projets de R-D. Mais elles peuvent travailler ensemble sur certaines innovations », dit Mme Guillemette, en précisant que le Centre de technologie minérale et de plasturgie du Cégep de Thetford collabore à ce projet.

Des plastiques « verts »

L’un de ces projets vise à prendre le virage vert, notamment par la mise au point de matériaux plus écologiques. « On parle de plus en plus de bioplastiques, notamment pour remplacer les plastiques utilisés dans le secteur des emballages », note Marie-Claude Guillemette.

Plastiques Moore a elle-même entrepris le tournant vert avec l’utilisation de polymères biodégradables dans le moulage par injection. L’entreprise analyse actuellement les produits fabriqués pour ses clients afin d’utiliser de préférence des polymères biodégradables lorsque cela est faisable. Plastiques Moore travaille aussi à l’introduction d’un produit biodégradable innovateur destiné aux secteurs forestier et horticole.

Plastiques Moore se spécialise dans le moulage par injection de très petites pièces en plastique dont le poids varie de 0,5 à 2 400 grammes. Ces pièces sont destinées à d’autres entreprises qui les intègrent dans leurs propres produits, notamment des systèmes de ventilation pour l’industrie automobile, des casques de sécurité, des filtres pour sécheuse à linge ou encore des ports USB pour ordinateurs.

Plastiques Moore compte une quarantaine d’entreprises clientes oeuvrant entre autres dans les secteurs du transport, de la sécurité, de l’optique, de l’électronique électrique.

pierre.theroux@transcontinental.ca

Publicités
Lire tout l'article | Make a Comment ( None so far )

Développement de nouveaux marchés en 2009

Posted on 2009/01/07. Filed under: EXPORTATION | Étiquettes : |

C’est sur toutes les lèvres!  2009 sera difficile dans plusieurs secteurs d’activités.  Les ventes sont à la baisse pour plusieurs entreprises, ou les prévisions de ventes sont révisées à la baisse.  Que faut-il faire?

Eh bien, c’est peut-être le temps de regarder ailleurs.  Parfois, ce n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour développer de nouveaux marchés.

Différents modes de développement

Différents modes de développement

Comme le tableau ci-dessus le démontre, il existe différentes façons de développer ses marchés. Souvent, nous pouvons trouver de nouvelles applications pour notre produit en procédant à un sondage auprès de la clientèle. De la même façon, nous pouvons identifier un produit ou service complémentaire au nôtre, et qui donnerait une valeur ajoutée à notre offre globale. Bien souvent également, il serait possible d’augmenter nos parts de marché en adaptant notre approche marketing.

Je voudrais toutefois me concentrer ici sur le développement de nouveaux marchés, que ce soit sur le plan national ou international.


Avantages et conseils

Exportation: Avantages et conseils

Autant votre plan d’affaires vous sert de guide pour le développement de votre entreprise, autant le plan marketing à l’international est nécessaire pour accélérer le processus de pénétration de nouveaux marchés. La planification vous permettra d’éviter des erreurs parfois coûteuses. Comme le cite si bien le Guide pas-à-pas à l’exportation d’Équipe Canada Inc., les 4 P du Marketing traditionnel deviennent plutôt les 13 P lorsqu’il s’agit de Marketing international. Et j’ajouterais beaucoup de Patience et de Persévérance !!!

Il est donc très important de vous fixer des objectifs SMART : Spécifiques, Mesurables, Accessibles, Réalistes et fixés dans le Temps. Et surtout, ayez une vision à long terme car une démarche d’exportation prend du temps. N’attendez pas des résultats immédiats, même si cela peut parfois être le cas. Prévoyez y allouer des ressources humaines, financières et n’hésitez pas à utiliser des ressources externes.


Andrée Crevier, MBA

Présidente

Visaction Pour passer à l’action avec vos projets d’expansion

Tél. : (514) 874-5255 http://www.visaction.ca

Lire tout l'article | Make a Comment ( None so far )

Liked it here?
Why not try sites on the blogroll...